• Vata

Dites-vous toujours la vérité?



Tout le monde connaît l'histoire de Pinocchio, cette marionnette de bois construite par le grand Geppeto, personnifiant un petit garçon, dont le nez allonge chaque fois qu'il dit un mensonge. Est-ce qu'il vous arrive de vous comporter comme Pinocchio? De mentir ou de vous mentir?


Parlons un peu de Satya, le deuxième des yama, ou de comment trouver et exprimer sa vérité.




Pendant mon adolescence, je mentais souvent. 🤦‍♀️ Désolée maman! Heureusement, mon nez n'allongeait pas chaque fois. Malgré ça, d'autres conséquences désagréables traçaient leur chemin à l'intérieur de moi. Quand j'y pense, j'ai honte...


Me rappeler ces souvenirs a fait ressurgir une question : Pourquoi on ment? Je crois qu'on ment par peur. Peur de déplaire, peur d'être jugée, peur de perdre notre liberté. Du moins, c'est la raison pour laquelle j'ai menti souvent à mon adolescence.


Pour la petite histoire... C'était sévère chez nous. Je n'avais pas beaucoup de permissions. Il m'était interdit de fréquenter certaines personnes que mes parents jugeaient non recommandables pour moi. Je n'avais que très rarement le droit d'assister à des partys organisés par mes amis. Je ne pouvais pas consommer d'alcool ni même me rendre dans une fête où il y en avait. Et quand, pour une rare fois, je pouvais aller quelque part, mes parents venaient me chercher à 22h, max. Pour l'adolescente rebelle et entêtée que j'étais (oui, oui, j'étais une vraie peste!), c'était de la persécution. La liberté étant une valeur hyper importante pour moi, je me sentais brimée, contrainte, emprisonnée et je n'aimais vraiment pas ça...


Alors, je mentais. Pour avoir l'impression que je pouvais faire ce que je voulais, que j'étais libre, que j'avais le contrôle sur ma vie et mes choix. Mais est-ce que j'étais vraiment libre? Pas du tout. Je croyais que le mensonge me permettait de vivre une vie parallèle où j'étais libre, mais je vivais toujours dans la peur. Peur d'être découverte, peur d'être punie et encore plus brimée. En bout de ligne ça ne me rendait pas service. En plus, plus je mentais, plus je m'éloignais de ma vérité profonde. À ce moment-là de ma vie, je m'intéressais peu à ces concepts, mais c'est ce que je réalise aujourd'hui...


Bref, on ment par peur souvent. Par peur d'être jugée, punie, ridiculisée, de déplaire, pour nous protéger au fond. Mais au bout du compte, on perd toutes au change. On s'éloigne de soi pour que les autres nous reconnaissent, nous aiment et nous admirent. Mais ça donne quoi d'être appréciée pour ce que nous ne sommes pas?


L'un des principes du yoga est Satya, ne pas mentir ou dire la vérité. C'est le deuxième yama ou principe de vie du yogi en société. Ne pas mentir aux autres et SURTOUT, ne pas se mentir à soi-même... Parce que, posons nous la question un instant... Ça rend service à qui de constamment porter un masque?


Satya c'est donc se libérer du mensonge, celui qu'on se raconte à soi-même et qu'on raconte ensuite aux autres autour de nous pour qu'ils nous apprécient. C'est cesser d'être gentille pour être vraie. C'est dire non quand on a envie de dire non. C'est oser nommer son désaccord et émettre son opinion, même si elle ne fait pas l'unanimité. C'est oser faire des choix différents de la majorité des gens. C'est s'habiller comme ça nous plaît et oser être pleinement soi.


Attention! Comprenez bien mes propos... Ce n'est pas se foutre complètement des autres en croyant que notre vérité est au-dessus de tout. Satya c'est respecter et exprimer sa vérité, mais c'est aussi reconnaître et respecter celle des autres. On peut être gentille et vraie à la fois. Par-dessus tout, on peut être aimée et pleinement appréciée pour ça.


Deuxième attention! Endosser et exprimer sa vérité, ce n'est pas toujours facile. Parfois, ça peut faire en sorte d'éloigner certaines personnes de nous qui ne se reconnaissent plus dans nos valeurs, ça peut mener à des choix déchirants, qui nous ont comblés pendant un temps mais qui ne font plus de sens, ça peut bousculer notre entourage et nous exposer au jugement. Assumer son identité et son essence profonde et vivre en accord avec elle peut être difficile... Pour un temps! Parce qu'une fois qu'on vit en accord avec qui nous sommes, des choses merveilleuses peuvent nous arriver.


Je vous invite donc à cultiver, dès aujourd'hui, Satya dans votre vie. Il ne s'agit pas ici de tout changer d'un coup. Je vous invite, comme en toutes choses, à y aller par étapes, à raison d'une par semaine pour le prochain mois. Vous m'en donnerez des nouvelles...


Semaine 1 : Observer la différence entre être gentille et vraie

La première étape pour modifier un comportement ou une façon d'être qui est bien ancrée en nous, c'est de prendre conscience que nous adoptons machinalement ce comportement. Tant qu'il est inconscient, nous n'avons aucun pouvoir dessus. Donc, pour la prochaine semaine, je vous invite à vous observer agir, sans poser de jugement à votre égard. Juste noter comment vous vous sentez quand vous êtes gentille plutôt qu'être vraie. Quand vous répondez oui à une invitation à laquelle vous aviez plutôt envie de dire non. Quand vous agissez d'une certaine façon pour être reconnue. Quand vous acceptez l'opinion de quelqu'un même si vous êtes en désaccord avec elle. Observez et notez votre ressenti. Et voyez ce qui fait le plus de sens en vous.

Semaine 2 : Exprimer sa vérité et observer les effets

La première fois que vous allez oser émettre une opinion contraire à votre entourage, ça les fera certainement réagir. Ça les surprendra et ils se questionneront peut-être à savoir quelle mouche a bien pu vous piquer. Ne rebroussez pas chemin, mais observer les effets sur vous et sur votre entourage quand vous osez être vraie à vous-même. Vous allez voir, c'est très intéressant!


Semaine 3 : Bien faire dès la première fois

Parfois, on a envie de décliner une invitation parce qu'on est fatiguée, mais on dit oui quand même pour ne pas déplaire. Et finalement, on s'excuse à la dernière minute de devoir annuler parce qu'on n'a pas l'énergie et patati et patata... Et on se justifie, et on trouve des raisons, et des explications, et des excuses et parfois même on se sent coupable... I know! Been there, done that! Many, many times!!! Et si on faisait bien dès la première fois? Vous êtes fatiguée, vous n'avez pas envie d'aller à cette soirée? Dites-le tout de suite. Et proposez un autre moment. Vous aurez ainsi l'impression de vous respecter pleinement et vous n'aurez pas à vous justifier. Et gageons que la culpabilité restera loin. Ne me croyez pas sur paroles, essayez-le!


Semaine 4 : Faire le ménage de ses anciennes vérités

Est-ce que toutes vos croyances vous appartiennent vraiment ou certaines vous viennent de vos parents, de vos amis, de vos collègues et vous vous les êtes appropriées? Une fois que vous aurez osé, au cours des dernières semaines, exprimer votre propre vérité et que vous aurez commencer à mesurer les effets sur votre entourage, commencez à épurer vos croyances. Quand vous vous entendez dire quelque chose qui semble sonner faux, questionnez-vous sur la légitimité de conserver cette croyance dans votre palmarès. Plus vous épurerez, plus vous vous rapprocherez de votre vérité profonde, de votre essence.


S'accorder des moments de silence

Il est difficile de trouver notre vérité dans le bruit et le chaos. Si vous souhaitez tranquillement vous connecter à votre intuition et entendre ses messages pour approcher doucement votre vérité, il importe de vous accorder quotidiennement des moments de silence pour méditer, écrire, créer et laisser votre vérité tracer son chemin vers vous. Quelques minutes suffisent bien souvent. Et ça fait tellement de bien. On serait folles de s'en passer!


Trouver sa vérité est une chose, oser l'exprimer en est une autre. Si vous hésitez en ce moment par peur que ça bouscule trop votre entourage, questionnez-vous à savoir quels sont vos avantages à continuer de vous mentir et d'ainsi jouer un rôle dans votre quotidien. Si les avantages sont nombreux, vous n'êtes pas obligée de faire des changements. Mais si vous osiez et que votre vie vous semblait plus belle ensuite? Ça vaut la peine d'essayer n'est-ce-pas?


Bonne réflexion et bonne expérimentation!

Avec amour,

Annie 🥰


Vous avez aimé cet article? Partagez-le à une femme de votre entourage qui pourrait en avoir besoin.


Vous avez essayé des trucs? Laissez-moi un commentaire sur votre expérience! J'ai hâte de vous lire! 💖

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout